Le Complexe de Cassandre

J’ai tellement vu, ces trente dernières années, le niveau s’effondrer lentement que j’ai fait de mon mieux pour sonner l’alarme.

Jean-Paul Brighelli
enseignant et essayiste français
Jean-Paul Brighelli
enseignant et essayiste français

Depuis que j’ai dit que je n’avais pas d’objection de principe à un retour en classe, et même que j’y étais favorable — étant entendu qu’un certain nombre de précautions seront prises… Et que j’ai « en même temps » annoncé que je ne me voyais pas faire cours — ni vivre — avec un bâillon sur la bouche, que nombre de gens aujourd’hui semblent tenir pour une composante essentielle du vêtement contemporain…
Depuis quinze jours donc je m’entends dire de tout. Que je suis inconscient. Que je ne suis pas solidaire. Que si ma propre vie m’indiffère — ce qui est le cas —, je pourrais au moins tenir compte de celle des autres… Qu’il y en a marre des héros… Que je suis une créature de Jean-Michel Blanquer… Que…
Alors autant faire le point.

Dans les jours les plus noirs de ma vie, c’est l’Ecole qui m’a permis de survivre. De tenir le coup. Parce que j’ai toujours eu la vocation de transmettre — en l’occurrence, la culture littéraire et le bon usage du Français.
J’ai tellement vu, ces trente dernières années, le niveau s’effondrer lentement que j’ai fait de mon mieux pour sonner l’alarme. D’abord en fabriquant des manuels de littérature — dans les années 80-90 — avec divers comparses qui partageaient alors mon idéal encyclopédiste. Et toutes sortes de matériels pédagogiques. Puis, à partir de 2005, en écrivant une série d’essais sur la déliquescence du système éducatif — à commencer par la Fabrique du crétin — qui alertaient sur l’emprise des théories éducatives fumeuses, sur les concessions faites à la dictature du vide, à la superstition et aux discours anti-laïques ou antisémites. Ou en participant à nombre d’émissions, de forums, de débats. Quitte à aller prêcher très loin de ma paroisse…

Résultat ? Les enseignants, que j’ai tenté d’alerter, m’ont signifié, à quelques exceptions près, qu’il ne fallait pas compter sur eux. Que le pédagogisme leur allait très bien — moins on en fait, mieux on se porte. Que Philippe Meirieu et François Bégaudeau étaient leurs apôtres. Qu’ils ne se voyaient pas enseigner contre la doxa répandue par nombre d’inspecteurs, enjoignant le corps professoral dans son entier d’enseigner l’ignorance et de laisser les apprenants construire leurs savoirs tout seuls. Que je ne tenais pas compte des « enfants », ni de l’époque, qui ont changé, patati-patata…

Je n’ai pas été le seul à hurler. Je ne ferai pas la liste de ceux qui ont protesté de leur côté, de Jean-Claude Milner à Jean-Claude Michéa et pas mal d’autres — une poignée en fait par rapport à la masse énorme de ceux qui n’ont pas bougé, sinon vers le bas. Comment ? Vous préconisez une méthode alpha-syllabique pour apprendre à Lire / Ecrire ? Mais il faut faire une expérience sérieuse, étayée, sur plusieurs années — pourquoi pas en double aveugle, pendant que vous y êtes ? Après tout, c’est ce que le « Conseil scientifique », qui a remplacé Dieu le Père dans vos consciences étroites, préconise pour enrayer l’épidémie qui court, non ? Prenons notre temps, ce n’est que l’affaire d’une génération ou deux, on n’est plus à ça près…

J’en ai marre de crier en vain. Marre de voir l’Ecole que j’ai aimée, défendue, promulguée, se dissoudre parce que vous n’avez pas les tripes de contrarier l’Institution et les salopards qui la contrôlent, et se sont co-recrutés depuis trente ans. Pas les ministres, qui passent, mais le cœur de l’institution. La Machine.

Vous ne vous rendez même pas compte que le discours anti-Blanquer (et encore une fois, je n’ai aucune action dans ce ministère, ni ce gouvernement), comme jadis le discours anti-Darcos, est téléguidé de loin par des pédagos qui le haïssent, parce qu’il a un tout petit peu menacé leurs positions établies. Vous êtes manipulés et vous vous croyez lucides… Pauvres cloches !

Marre d’être Cassandre, de voir l’école brûler, et de constater que ceux qui auraient dû la défendre bec et ongles cèdent sans cesse, sur le terrain. Et finissent par trouver plus confortable d’enseigner de loin — alors que rien ne remplace l’effet-maître. Rien. Aucun cours expédié par mail ou sur ProNote, aucune visio-conférence, pour les mieux équipés, ne remplaceront le direct live.

Je vous hais. Vous avez contribué, par bêtise, par paresse, à casser la machine que l’on vous avait confiée. Vous êtes partisan du port d’un masque ? Mais cela fait trente ans que vous êtes bâillonnés !

J’ai été parfois conforté dans le combat que j’ai mené par une poignée de guerriers qui m’ont tous confié combien il était difficile de bouger le Système en général et leurs collègues en particulier. Parce que j’ai été un homme public, dans le combat pour l’Ecole, des milliers de témoignages me sont arrivés, au fil des années, sur les pratiques majoritaires. De quoi pleurer. De quoi donner des envies de meurtre.
Natacha Polony, qui a jadis sorti un très beau livre, Nos enfants gâchés, m’avait prévenu : « Nous avons perdu. Ils sont indécrottables — et d’autant plus indécrottables qu’en parfaits gens de gauche, ils ne réalisent pas que ce qu’ils font en classe annihile à jamais l’espoir de voir bouger les choses. »
Qu’importe. Je me serai battu jusqu’au bout. Vous vous rappelez Maurice Pialat à Cannes ? « Vous ne m’aimez pas ? Mais je ne vous aime pas non plus ».
Dans quatre ou cinq mois je serai à la retraite — et c’est bien d’une Bérézina que je parle. Je vous laisserai définitivement la parole : vous pourrez blablater à l’infini entre vous. Et vous féliciter d’être en vie.
Quant aux élèves…

Jean-Paul Brighelli

La mémoire sélective du journal Le Monde

Basile de Koch pour Causeur Avril 2020

Un monde parfait

Vendredi 6 mars

Samedi dernier, double page « Idées » dans Le Monde : « Les années 1970-1980, âge d’or de la pédophilie. » Un dossier accablant pour toute l’élite intello-médiatique de l’époque – sauf Le Monde, figure-toi.

En 15 000 signes denses, le quotidien ne trouve pas de mots assez durs pour condamner cette perversion criminelle qui passait alors, s’indigne-t-il, pour une pratique sexuelle « alternative » ».

Dans un étonnant exercice de name dropping, il livre à la vindicte mondaine des listes d’apologistes de la pédophilie, mais pas n’importe lesquels : essentiellement des personnalités disparues, ainsi que deux ou trois publications marginales de l’époque (Recherches, la revue introuvable de Félix Guattari, ou l’improbable journal maoïste Tout !…)

Ainsi Le Monde se croit-il dispensé de mettre en cause les autres pédophilophiles de l’époque : ceux qui sont toujours vivants et en activité, à commencer par lui-même. Un seul exemple, mais qui vaut son pesant de faux-culterie : évoquant une fameuse pétition de 1977 pour la libération de pédophiles emprisonnés, le journaliste livre complaisamment les passages les plus croustillants du texte, ainsi que 20 signataires. Il oublie juste de mentionner où cet appel douteux est paru : à sa une !

Apparemment, le texte incriminé serait de la plume de Gabriel Matzneff. Il faut dire qu’à l’époque, M le Maudit était dans les petits papiers du Monde, par Sollers et Josyane Savigneau interposés – jusqu’à ce que le journal lui ouvre directement ses colonnes, de 1977 à 1982.

Quarante ans plus tard, le même Monde découvre soudain avec horreur que son poulain a « soutenu l’insoutenable », voire « célébré l’incélébrable »… Que dire de ce « quotidien-de-référence » qui condamne aujourd’hui des crimes et délits dont il fut naguère complice, juste parce que c’était tendance ? Qu’il devrait être définitivement déconsidéré. Il ne l’est pas. C’est toute une époque, comme disait ma grand-mère.

Pour la prochaine fois, je propose au Monde un dossier accablant sur le thème « 1972-1977 : les zélateurs français des criminels khmers rouges ». Et si jamais ils manquent d’illustrations, je leur suggère leur propre une du 18 avril 1975 : « Atmosphère de liesse dans Phnom Penh libérée ».

Basile de Koch – 17 avril 20

Gauche prolétarienne et maoïste.

Daoud Boughezala
Daoud Boughezala 


Le notaire et le petit juge

Bruay-en-Artois, 6 avril 1972 : la fille de mineur Brigitte Dewèvre, 15 ans, est retrouvée morte étranglée dans un terrain Vague. Chargé de l’enquête, Henri Pascal, dit le Petit Juge, membre du Syndicat de la magistrature, inculpe un riche notaire, Pierre Leroy, sur la foi de son intime conviction. De passage près du lieu du crime en visite chez sa maîtresse, ce dernier devient l’homme à abattre pour la mouvance maoïste. Alors en plein essor, la Gauche prolétarienne de Benny Lévy et Serge July, futur fondateur de Libération, mène une « enquête populaire » synonyme de justice de classe.
À Bruay, ses militants créent un Comité pour la vérité et la justice qui proteste contre la libération du notaire et le dessaisissement du juge Pascal.
Avec le soutien de Jean-Paul Sartre, La Cause du peuple décrète : « II n’y a qu’un bourgeois pour avoir fait ça », puis appelle au meurtre vengeur contre le notaire – « Nous le couperons morceau par morceau au rasoir ! – Je le lierai derrière ma voiture et je roulerai à 100 à l’heure dans les rues de Bruay ! – II faut lui couper les couilles ! » Chez les mineurs du cru, qui vivent leurs dernières années d’activité, « les gens étaient agressifs. II n’a pas fallu tisonner beaucoup le feu pour enflammer tous les corons autour. S’il y avait eu quelques gars plus culottés,
ils auraient brûlé la maison du notaire et l’auraient pendu », se souvient le délégué CGT Francis Bricout. Finalement, la justice innocentera le notaire ainsi qu’un jeune homme qui s’était accusé du crime. Cinquante ans plus tard, le mystère reste entier.

Daoud Boughezala
(article paru dans Causeur d’avril 2020)

C’étaient ça l’extrême gauche des années 70.

Le degré zéro de la littérature et du cinéma

Virginie-Despentes

Roland Barthes théorisa jadis le « degré zéro de l’écriture » — un concept bien utile pour caractériser l’écart de toute énonciation par rapport à ce plancher théorique. C’était une image, car aucun énoncé n’est à proprement parler de degré zéro : l’intention rhétorique — et il y a de la rhétorique dans une recette de cuisine, un prospectus pharmaceutique ou même l’œuvre de Philippe Meirieu — est partout sensible, plus ou moins. C’était presque un jeu, à l’époque, entre étudiants, que d’essayer de produire un énoncé absolument neutre — ou mieux : nul.
Mais il en est de la littérature comme de l’arithmétique. Une fois que vous avez rétrogradé jusqu’au zéro s’ouvre à vous le champ infini des nombres négatifs.

Nous avions déjà Christine Angot, Marc Levy, Eric-Emmanuel Schmidt, Edouard Louis et autres créatures encensées en notre époque orwellienne d’inversion des valeurs. « L’ignorance, c’est la force », disait Big Brother. « Le cinéma c’est nous », clament Adèle Haenel et Céline Sciamma, immédiatement soutenues par tout ce que la profession rassemble de nullités grandes gueules et de néo-convertis soumis à la nouvelle dictature des laissés-pour-compte par manque de talent. On saluera particulièrement Florence Foresti, l’« écœurée » de service qui devrait prendre des cours d’animation outre-Atlantique et se demander pourquoi un homme persécuté parce que juif en Pologne dans les années 40 n’a pas beaucoup grandi (mais quelle immonde créature !), Aïssa Maïga, celle qui compte les Noirs sur ses doigts et croit que Vincent Cassel est métis, et Jean-Pierre Daroussin, qui a tout d’un héros houellebecquien — dans le genre collabo incapable de dire « Polanski ».
À donner raison à Jean Dujardin qui s’est exclamé, à voir le traitement indigne reçu par un film remarquable qu’il porte remarquablement bien : « Je me casse, ça pue dans ce pays ».
L’ami David Desgouilles a bien résumé ce grand moment de vide télévisuel — car la télé s’exerce elle aussi au degré zéro, et elle y réussit particulièrement bien.

Des raisons d’espérer ? Fanny Ardant, impeccable comme toujours (elle ne me lira pas, mais je tiens à lui dire combien je l’avais trouvée sublime en Elvire dans le Dom Juan mis en scène par Francis Huster en 1987), a soutenu Polanski parce que c’est un ami, et que l’on pardonne tout à ses amis — surtout quand celle à qui il a fait quelque chose lui a pardonné aussi.
Des raisons de désespérer ? Un ministre de la Culture (comment s’appelle-t-il déjà ? André Malraux — ah non, ça, c’était avant) qui ne connaît rien à la culture ni au cinéma et voudrait récompenser les uns et les autres en fonction de leur moralité et de leur adhésion à une morale « en marche ». Mais que restera-t-il de Franck Riester, quand Polanski sera toujours célébré comme l’un des grands réalisateurs du XXe siècle — et metteurs en scène de théâtre, j’ai un souvenir très vif de l’Amadeus qu’il avait mis en scène et joué en 1982 au théâtre Marigny).

Et puis est arrivé le degré zéro du degré zéro, Virginie Despentes, qui dans un long crachat — mais elle n’a jamais su écrire autre chose que glaires et mollards agglomérés — publié dans Libé s’écrie : « On est humilié par procuration quand on les regarde se taire alors qu’ils savent que si Portrait de la jeune fille en feu ne reçoit aucun des grands prix de la fin, c’est uniquement parce qu’Adèle Haenel a parlé et qu’il s’agit de bien faire comprendre aux victimes qui pourraient avoir envie de raconter leur histoire qu’elles feraient bien de réfléchir avant de rompre la loi du silence. Humilié par procuration que vous ayez osé convoquer deux réalisatrices qui n’ont jamais reçu et ne recevront probablement jamais le prix de la meilleure réalisation pour remettre le prix à Roman fucking Polanski. »
Pauvre cloche ! Degré zéro moins-moins de la littérature ! Pornographe de très bas étage ! S le Portrait de la jeune fille en feu n’a rien obtenu de probant, sinon le César de la meilleure photographie, lot de consolation que l’on attribue à une œuvre qui n’avait aucune autre qualité, ce n’est pas parce que la profession est faite d’hommes, mais parce que ce film est nul, et joué par une actrice nulle qui a oublié d’apprendre à articuler. Etre lesbienne n’est pas un gage de qualité, ni pour une actrice ni pour une réalisatrice. Ni pour une écri[très]vaine du genre Despentes. N’est pas Nathalie Clifford Barney ou Colette qui veut.
Parce que contrairement à ce que dit Despentes, qui manque tout à la fois de style et de culture, des lesbiennes au pouvoir, à l’époque des Barney, Liane de Pougy, Winnaretta Singer, princesse de Polignac, Elisabeth de Grammont, Romaine Brooks, Renée Vivien (« Sapho 1900, Sapho 100% »), Gertrude Stein, Vita Sackville-West ou Virginia Woolf, il y en a eu et en grand nombre. Mais elles avaient du talent, elles. Et de la classe. Et je les salue bien bas.

Cela m’a tellement mis en colère que je suis allé, coup sur coup, voir deux films réalisés par des hommes, et mettant en scène, pour l’essentiel, des hommes — Dark Waters et le Cas Richard Jewell. Deux grands films politiques, deux purs chefs d’œuvre, qui vous réconcilieront avec le cinéma — tout comme J’accuse vous avait fait croire qu’il existait encore un septième art de haut niveau en France. Non que je récuse les films faits par des femmes — j’ai une grande admiration pour Kathryn Bigelow, par exemple. Mais gâcher des budgets — bon, c’est en grande de l’argent public, on ne sait pas trop comment financer des navets autrement, chez nous — pour assister à des problèmes de nombril, merci, je laisse ça au cinéma français.

Jean-Paul Brighelli
Publié le 2 mars 2020 par Jean Paul Brighelli

PS. Je n’ai pas vu le film de Nicolas Bedos, et je ne peux rien en dire ; Mais je suis très content du César de la Meilleure actrice à Anaïs Demoustier, impeccable dans Alice et le mairechroniqué ici-même.

L’affaire Delevoye et Macron

Article de : Régis De Castelnau
@R_DeCastelnau
Avocat à la cour et blogueur

DelevoyMacronL’invraisemblable feuilleton Delevoye constitue une illustration assez consternante de l’état de dégradation des institutions de notre République. Nous avons désormais atteint tel un niveau de corruption, au sens de corrosion, des pouvoirs publics que notre charpente institutionnelle est complètement délabrée.

Continuer la lecture de « L’affaire Delevoye et Macron »