Intermittents ou prix Nobel ?

Jules Hoffmann, Prix Nobel de médecine en 2011 (à gauche) et Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de chimie en 1987 (à droite), viennent de signer une tribune dans «Le Monde» contre l'annulation de 256 millions d'euros de crédits pour la recherche et l'enseignement supérieur en France.
Jules Hoffmann, Prix Nobel de médecine en 2011 (à gauche) et Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de chimie en 1987 (à droite), viennent de signer une tribune dans «Le Monde» contre l’annulation de 256 millions d’euros de crédits pour la recherche et l’enseignement supérieur en France.
Gouverner c’est définir des priorités.

Intermittents du spectacle.
Fonds de soutien à l’emploi pour le secteur du spectacle:
« 90 millions d’euros par an» : ( ici )
Ou bien:
Budget de la recherche.
Projet de décret annulant 256 millions d’euros pou la Mission interministérielle recherche et enseignement supérieur (Mires):
« Un suicide scientifique et industriel ». ( ici )

Un suicide scientifique et industriel.

Ils sont furieux et ont écrit une tribune pour Le Monde pour protester
contre une coupe de 256 millions d’euros prévue par le gouvernement sur le budget de la recherche.

Au sein de ces mesures, on note que les principaux organismes de recherche sont particulièrement touchés, le CEA, le CNRS, l’INRA et Inria, pour une annulation globale de 134 millions d’euros.

Françoise Barré-Sinoussi (Prix Nobel de physiologie ou médecine)
Claude Cohen-Tannoudji (Prix Nobel de physique)
Albert Fert (Prix Nobel de physique)
Serge Haroche (Prix Nobel de physique)
Jules Hoffmann (Prix Nobel de physiologie ou médecine)
Jean Jouzel (vice-président du groupe scientifique du GIEC,au moment
– où celui-ci reçoit le prix Nobel de la paix)
Jean-Marie Lehn (Prix Nobel de chimie)
Cédric Villani (médaille Fields)

«Ce coup d’arrêt laissera des traces, et pour de longues années. Ce que l’on détruit brutalement, d’un simple trait de plume budgétaire, ne se reconstruit pas en un jour. Les organismes nationaux de recherche vont devoir arrêter des opérations en cours et notamment limiter les embauches de chercheurs et de personnels techniques».

Impose au régime des intermittents un effort global de 185 millions d’euros d’économies par an d’ici à 2018, mais suggère que l’Etat contribue pour 80 millions à cet effort.
Un fonds de soutien à l’emploi avec une dotation de l’Etat de 90 millions d’euros par an.

Il faut aligner le régime des intermittents sur celui des intérimaires, car il y a énormément de professions qui sont intermittentes aujourd’hui.
1,263 milliard d’euros d’allocations versées, pour seulement 232 millions d’euros de cotisations perçues.
C’est intenable.

Conclusion.

Les intermittents risquent de bloquer les scènes de théâtre, les festivals …
Les chercheurs et prix Nobel sont confinés dans leurs laboratoires…
Cherchez l’erreur!

Au gouvernement, on n’écoute pas Jean Tirole, prix Nobel d’économie, c’est pas pour entendre des Nobel de médecine, chimie, physique ou autres…

Sources: AFP — liberation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *